Journée camarguaise : Jeux Gardians

Ce sont des jeux d’adresse auxquels se livrent les cavaliers camarguais. Certains d’origine très ancienne comme le jeu de l’aiguillette, rappellent les faits d’armes et les tournois du Moyen-Âge.

Ces jeux mettent en évidence l’agilité des chevaux de Race Camargue à la robe d’écume et la dextérité des gardians.

Les Jeux Gardians les plus connus sont :

Le jeu de l’épervier
ou du « bouquet »

Il faut garder un bouquet de fleurs pendant un certain temps en résistant aux assauts des adversaires, pour l’offrir ensuite à une demoiselle (Arlésienne ou Mireille en costume traditionnel) qui récompensera le cavalier de sa bravoure et de sa ténacité, en lui donnant un baiser.

Le tournoi
des « écharpes »

Nommé aussi "jeu des écharpes".
Dans ce jeu il faut que chaque cavalier tente d’enlever le brassard ou l’écharpe fixé au bras de son adversaire à l’aide d’un élastique, tout en essayant de conserver le sien.

Le jeu
de la « chaise »

Comme dans le jeu des chaises musicales, chaque participant doit tourner dans l’arène au galop. Chaque fois que la musique s’arrête, les gardians doivent s’arrêter au plus vite, sauter du cheval, tout en maintenant leur monture par la bride, et s’assoir sur une chaise.

Le jeu
des « Oranges »

Chaque cavalier doit passer au galop devant des Arlesiennes qui lui tendent une orange sur une assiette tout autour de la piste.

Il faut attraper le plus grand nombre d’oranges.

Les Arlesiennes

La Littérature et les poètes font remonter la célébration de la beauté des Arlésiennes à l’Antiquité.

Les femmes du Pays d’Arles se plaisent à répondre à la légende en portant avec grâce ce somptueux costume qui n’a cessé d’inspirer les artistes : Mistral, Daudet, Lelé, etc.

Les Arlésiennes ou Mireilles sont indispensables pour le déroulement des jeux : elles sont le garant de leur authenticité conformément aux traditions.